sacamain

Quatrième de couverture

Une jeune femme dresse l'inventaire de son sac à main. Un bâton de rouge à lèvres, un paquet de mouchoirs, un agenda, une liste de courses, un préservatif, une boîte d'allumettes... Chaque objet évoque une histoire, des visages, des voyages, des rêves enfouis ; chacun reflète la vérité intime d'une femme en quête d'elle-même.

Mon avis

La quatrième de couv. résume quasiment tout le roman. Dorothée, la femme qui dissèque son sac à main, semble un peu perdue et semble se chercher et se rappeler qui elle a été, à travers les différents objets que son sac contient.
On découvre dans le dernier quart du roman le point de vue de son mari, Lars. Mais rien de vraiment étayé.
Je m'attendais à une sorte d'étude sociologique, une vraie description de la personnalité de cette femme. Finalement, les objets liés les uns aux autres racontent une histoire, qui m'a semblée fade et triste. Ce n'était pas du tout le style d'écriture auquel je m'attendais, ce n'était pas non plus les personnages que je souhaitais rencontrer. Une certaine déception et l'espoir de lire un jour, un roman sur le même thème, mais plus dynamique et plus inquisiteur dans son regard sur ce qui suit chaque jour une femme : il est bon de se rappeler que chaque sac à main contient quasiment la maison et la vie d'une personne. Un objet indispensable autant pour sa propriètaire que parfois, pour ses proches !

J'ajouterais également, que le roman contient quelques illustrations d'Eric Lambé. Le coup de crayon est agréable à l'oeil, cependant, je n'ai pas toujours trouvé le lien entre les dessins proposés et le texte l'entourant. Les lignes sont parfois floues et les traits peu précis pour toujours bien visualiser ce qui était sensé être représenté, selon moi. Ce qui a souligné l'impression d'une histoire imprécise et sans réel but.

La Note M&M :

2 sur 5