Lire, Découvrir... avec Milk & Muffins !

dimanche 17 mai 2015

Les Outrepasseurs Tome 1 Les Héritiers - Cindy Van Wilder

Quatr

-Jure-moi fidélité et je te protégerai. Nous le ferons tous.

- Nous ?

- Les Outrepasseurs. Tous ceux qui portent la Marque. Regarde ces jeunes gens. Voilà ta seule famille, à présent. Vous combattrez ensemble. (Il baissa le ton de sa voix.) Nos adversaires ne s’arrêteront jamais. Les fés nous pourchassent depuis huit siècles. Une éternité pour nous. Un instant pour eux. »

Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat et découvre que l’attaque le visait personnellement. Emmené à Lion House, la résidence d’un mystérieux Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis des siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Les révélations de ces derniers vont changer le cours de sa vie…

Avis

Voilà un roman qui me change totalement de mes habitudes littéraires ! Je lis très peu de jeunesse et encore moins de la fantasy... Mais le livre en lui-même m'a séduite. Ce livre-objet est magnifique et d'une qualité graphique indéniable.


Cependant, je dois avouer que comme beaucoup d'autres lecteurs et lectrices de ce premier opus, j'ai totalement été décontenancé par la tournure du récit. En effet, celui-ci se divise sous 2 aspects : une entrée en action nous permet de rencontrer Peter, à Londres aujourd'hui et jeune homme qui va découvrir le terrible secret qui touche sa famille depuis des générations. Puis un second récit croise celui de Peter, avec une plongée dans le passé (plus précisément au Moyen-Age en France) permettant de revenir aux origines de ce secret et de ce qui va bouleverser le destin de plusieurs familles dont celle de Peter.

Les chapitres consacrés à ce retour aux origines, à l'époque Moyen-âgeuse, m'ont semblé trés long durant ma lecture. Et si la partie fantasy si ressent fortement, j'y est beaucoup moins adhéré. D'où une lecture plutôt difficile pour moi qui donne une forte importance aux personnages et à leurs portraits. Ici, on découvre trés peu de Peter le personnage principal. L'auteur a décidé d'explorer les sources de son univers dans ce premier tome, qui permettra sûrement dans les prochains de mieux comprendre l'intrigue actuelle. Mais si pour certains autres lecteurs cela a permis de susciter de la curiosité, de mon côté je me suis plutôt ennuyée et même parfois interrogée sur le bien fondé de cette entrée en matière.

Je n'ai donc pas du tout accroché mais j'avoue avoir été intriguée par les passages avec Peter. Ce qui pourrait m'inciter à tenter un second essai avec le tome suivant. Mais il va falloir me rendre Peter ou tout autre personnage plus attachant, sinon, ce sera "Bye bye" la fantasy...et ce pour un moment !

 

outrepasseurs

Posté par rubbenn à 08:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


jeudi 14 mai 2015

L'homme qui voulait être heureux - Laurent Gounelle

Quatr

Imaginez...
Vous êtes en vacances à Bali et, peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où...
Son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n'êtes pas heureux.
Porteur d'une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L'éclairage très particulier qu'il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l'aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d'une existence à la hauteur de vos rêves.
Avec L'homme qui voulait être heureux, c'est tout un monde de possibilités nouvelles qui s'ouvre à nous à la lecture de cette histoire passionnante, où l'on découvre comment se libérer de ce qui nous empêche d'être vraiment heureux.

Avis

L'homme qui voulait être heureux est un best-seller auquel j'ai résisté un peu plus d'un an avant de l'ajouter à quelques livres achetés sur le développement personnel et l'organisation, des sujets que j'adore explorer au quotidien.

Et mon avis va à l'encontre de la plupart de ceux que j'ai pu lire ou entendre : je n'ai absolument pas accroché au récit !

Si l'environnement de Bali a été un vrai ravissement pour moi qui suis plus que passionnée par cette île, si l'approche bouddhiste me semble être correcte bien que survolée, j'ai surtout été trés affligée par les stéréotypes et les préjugés sur lesquels Laurent Gounelle se base. Entre autre, lorsque le personnage principal pense capable de décrire le parcours d'une personne simplement en la croisant dans la rue et par un comportement agressif sur le moment ! Comme si la clairvoyance de son guide lui permettait lui-même de comprendre et de mieux percevoir les attentes et les pensées de chacun.

Si le message du roman reste juste - d'ailleurs je m'y retrouve dans son point de vue sur la volonté d'avancer, de ne pas rester fermé sur ses possibilités et sur la force du hasard et du destin - j'ai trouvé maladroit l'insertion des arguments et des exemples à travers la quête de ce touriste américain auquel on ne s'attache pas puisqu'on en apprends trés peu sur lui au cours de la narration.

Est-ce le fait d'avoir lu pas mal de livres sur le sujet qui m'a rendue plus critique et moins ouverte à ce livre ? Je ne saurais le dire. Mais j'avoue que la qualité de l'écriture reste à désirer : une sorte d'écriture familière, peu travaillée se fait ressentir. Et certains passages ressemblent davantage à un livre de statistiques qu'à un véritable roman. Bref, en résumé, pour le but recherché un autre ouvrage fera sûrement bien plus d'effet.

Découvrez l'avis de Manu qui a adoré !

lhommequivoulaitetreheureux

lundi 11 mai 2015

Banquises - Valentine Goby

Quatr

En 1982, Sarah a quitté la France pour Uummannaq au Groenland.
La dernière fois que sa famille l'a vue, c'était au moment où, à Roissy, elle est montée dans l'avion qui l'emportait vers la calotte glaciaire. Après, plus rien. Elle a disparu corps et âme. Elle avait vingt-deux ans. Lisa, vingt-sept ans plus tard, part sur les traces de cette soeur disparue. Elle quitte mari et enfants pour parcourir le même trajet qu'elle. Elle arrive dans un Groenland dévasté, habité par une population abandonnée, qui voit se réduire peu à peu son territoire de glace.
Cette quête va la mener loin dans son propre cheminement identitaire, depuis l'impossibilité du deuil jusqu'à la construction de soi.

Avis

On retrouve Valentine Goby avec un roman plutôt sombre, sur le thème de la disparition et du drame familial.
Si j'avais adoré "La Note Sensible" où la romance se fait la part belle, j'ai été heurtée de plein fouet par la froideur du récit (et cela n'est pas uniquement dû au voyage de Lisa au Groenland). Ici, on fait face à l'acceptation de la disparition d'un proche, voir de sa mort. Et cela à travers le regard du père, de la mère mais surtout de la petite soeur Lisa, qui pense en se rendant sur place trouver des réponses à ses questions... ou tout simplement panser ses plaies, enfouir son chagrin et son incompréhension.

L'univers dépeint par l'auteur est totalement réaliste avec beaucoup de dureté et un oeil peu compatissant, voir sans empathie pour l'ensemble des personnages. C'est une véritable déception que j'ai pu avoir durant ma lecture : les mots sont froids, durs telle une dysection scientifique de l'âme humaine.

La partie au Groenland n'a pas du tout un aspect touristique. Ici, V. Goby dénonce l'abandon des populations de ces zones isolées et totalement dépendantes du réchauffement climatique qui détruit leur environnement et fragilise leur vie quotidienne. Les habitants ont des portraits qui vous poussent vite à tourner les pages pour vous éloigner de cet endroit. La disparition de Sarah et la recherche de Lisa imposants une ambiance lourde, mystérieuse mais sans aucun espoir d'en apprendre davantage.

Je ne vous cache pas que ce n'est pas un roman que je conseillerais à l'avenir. Je pense qu'il peut se destiner à ceux qui aiment les émotions brutes, le réalisme des descriptions autant humain que pour celui des paysages. Mais c'est loin d'être un roman optimiste et joyeux, vous êtes prévenu !

L'avis complémentaire de Linette

Banquises

samedi 9 mai 2015

Boomerang - Tatiana de Rosnay

Quatr

Sa soeur était sur le point de lui révéler un secret... et c'est l'accident. Elle est grièvement blessée.

Seul, l'angoisse au ventre, alors qu'il attend qu'elle sorte du bloc opératoire. Antoine fait le bilan de son existence : sa femme l'a quitté, ses ados lui échappent, son métier l'ennuie et son vieux père le tyrannise.

Comment en est-il arrivé la ? Et surtout, quelle terrible confidence sa cadette s'apprêtait-elle à lui faire ?

Avis

Un roman qui aborde avec émotion, avec humour parfois, beaucoup de sujets à la fois.

Un suspense bien ficellé, au dénouement pas si évident. Antoine nous fait entrer dans sa vie, où se croise de nombreuses difficultés : un mariage qui se termine, l'éducation d'adolescents, l'acceptation de la mort d'un proche, la rencontre impromptue avec une femme sans rien avoir à en attendre...


Une enquête riche et rythmée mène l'histoire parsemée des aléas de la vie. Un livre qui se dévore, pour son écriture fine et juste, pour son histoire sans longueurs, pour ses personnages attachants... Et c'est trés rare pour moi, mais j'ai même eu le coeur qui s'est emballé à certains passages. Ca veut bien dire qu'il mérite d'être mis en avant ! 

boomerang

samedi 25 avril 2015

L'art d'écouter les battements de coeur - J. P. Sendker

 

Quatr

Orphelin originaire de Birmanie, Tin Win est un garçon hors du commun : il est capable de déchiffrer l'âme des gens en écoutant leurs battements de coeur.
Grâce à ce don, il va connaître un amour immense, contrarié par bien des obstacles. 
C'est cette histoire fabuleuse que va découvrir, des années plus tard, sa fille, Julia, jeune avocate à New York. Déterminée à percer le mystère qui entoure le passé de son père, Julia retourne en Birmanie dans le village où il a grandi et pénètre dans un univers dont elle ne soupçonnait pas la richesse. Une histoire d'amour exceptionnelle, empreinte de spiritualité orientale et digne d'un conte de fées.

Avis

J'ai totalement dévoré ce livre. 4 jours à le balader partout avec moi. Je le sortais en rentrant dans le tram, je le lisais même en marchant dans la rue, tellement je voulais savoir, tellement je m'étais attachée à Tin Win et à Mi Mi.
La découverte de la Birmanie a été une superbe surprise. Je ne connaissais absolument pas ce pays, n'en avait pas d'image particulière. Là, à travers les sens ultra développés de Tin Win, on découvre un environnement riche en couleurs, en végétation, en odeurs. J'ai rarement apprécié autant la description d'un décor dans un roman. A travers le toucher, l'odorat, les sons, l'auteur nous permet de reconstituer totalement les lieux du roman. Et l'expérience est merveilleuse.
Ensuite, l'histoire d'amour nous est narrée avec tellement de délicatesse, de sensibilité et de force à la fois, qu'on ne peut que vouloir en savoir plus. On veut à tout prix un happy end, et en même temps, on préssent dès le début que tout cela sera semé d'embûches.
Enfin, il y'a effectivement beaucoup de spiritualité. Le bouddhisme apparaît à travers le monastère où Tin Win passera quelques années, mais les croyances profondes des habitants seront aussi au coeur du récit, cela crée un voile de magie, tel un conte pour grands enfants.

Une lecture vraiment agréable, une histoire pleine d'émotions et de messages à garder à l'esprit. Notamment l'idée que parfois, courir àprès le succès ou le temps ne sert pas tellement à grand chose. Qu'il faut savoir apprécié l'instant avec l'autre. Et ne pas juger, mais accepter les choix que l'autre peut faire, même si parfois cela peut faire mal. A découvrir si l'on apprécie le voyage, les belles histoires dignes de légendes ou de contes, ou tout simplement si l'on aime la vie !

lartdecouterlesbattementsdecoeur



mercredi 22 avril 2015

No impact man - Colin Beavan

Quatr

Réduire au maximum son empreinte environnementale. C'est le défi de Colin Beavan. Pas facile quand on vit en plein coeur de Manhattan avec femme et enfant, au 9e étage d'un building.
Pourtant, pendant un an, ce sera sans ascenseur, sans réfrigérateur, sans climatiseur ni voiture. A l'heure de la surconsommation, le défi relève presque de l'impossible.
Le compte à rebours est enclenché...

Avis

Une belle leçon de vie. Voilà ce que nous apporte ce roman / documentaire, qui relate comme dans un journal l'évolution de cette expérience, pour sauver, à petite échelle, notre planète.
L'auteur nous informe via des données scientifiques, nous met en avant tous les problèmes à venir et ensuite, nous fait part de ses intentions, de ses actes pour pallier à tel problème ecologique.
Comment faire sans mouchoir en papier, sans couche culottes plastifiées, sans papier toilette, sans sacs, sans gobelets en plastiques, sans lumière, sans réfrigérateur, sans voiture ??
Avec beaucoup d'humilité, C. Beavan nous montre que le changement des habitudes est trés difficile, qu'il rencontre des freins, liés à la société qui n'est pas pensée pour améliorer nos modes de vie, de manière à ne pas polluer la planète... bien au contraire...
L'auteur ne donne pas de conseils, ne se permet pas de jugements, et se garde bien de se vanter d'avoir réussi à vivre avec un enfant de 2 ans et une femme accro à la consommation, dans un esprit "Zero impact". Le ton est léger voir drôle, informatif, mais jamais dramatique.
Un roman qui permet de revoir sa manière de vivre et de consommer. Et qui donne vraiment envie de faire quelque chose, avant qu'il ne soit trop tard...

Pour info, toute l'expérience a également été retransmise en direct sur un blog :
http://noimpactman.typepad.com

" Etre écolo, ce n'est pas rentrer le ventre, c'est gonfler son coeur".

NoImpactMan

dimanche 19 avril 2015

Retour aux sources

Après Milk & Muffins, j'ai fait évoluer Le Libr'Air . Et Milk & Muffins est resté en arrière, mais impossible pour moi de le voir disparaître. C'est avec lui qu'a commencé l'aventure du blog littéraire et du partage sur Internet de ma passion des livres et des mots. C'était en 2009.

Le Libr'Air a ensuite pris naissance sous Worpress, en 2012, avec un nom de domaine payant et un développement poussé qui répondait à des besoins créatifs et à l'envie de me créer un autre univers. Il a disparu fin 2014 au profit d'une chaîne Youtube plus simple à alimenter durant mes années d'études et de réorientation professionnelle...

Aujourd'hui, je suis enfin posée professionnellement, mais toujours en recherche d'une maison idéale où poser mes livres et mes carnets en toute quiétude. Ce qui rend le partage par vidéo plutôt irrégulier. Le format vidéo demande des conditions particulières pour que cela soit agréable pour soi à créer puis pour les autres à voir et à entendre. Hors actuellement, dans un 2 pièces peu éclairé et où il y'a du bruit, filmer n'est pas un plaisir. 

Je souhaite toujours autant partager qu'au premier jour où j'ai créé Milk & Muffins. Et finalement, peu importe le support, tant que le message passe et que le plaisir de partager reste. Alors, me revoici à l'écrit. Mais dans un format simplifié et gratuit que je choisi volontairement, car l'avantage d'Internet c'est d'avoir le choix. Et Milk & Muffins m'a semblé être un retour aux sources tout indiqué.

L'écriture me manque. J'ai toujours adoré les mots, le français a toujours été ma matière préférée (avec l'histoire géo !) à l'école. Les dictées faisaient partie de mes exercices favoris...
J'adore aussi le format vidéo car il permet de véhiculer des émotions de manière différente et à un public parfois différent. Mais comme indiqué précedemment, tourner des vidéos demande une plus grande organisation. Et puis, le monde Booktube ne me fait plus rêver comme avant. Je trouve qu'il a perdu de sa magie, de son innocence, avec des vidéos qui se ressemblent de plus en plus, les mêmes romans qui reviennent sur différentes chaînes. Je ne vois maintenant plus qu'un aspect commercial et un univers basé sur l'image que l'on donne plutôt que sur la passion que l'on souhaite partager. Cela est bien sûr un avis totalement personnel qui reflète aussi mes changements d'intérêts avec le temps et les expériences passées.

Ainsi je choisi de reprendre l'écrit mais la chaîne Youtube reste en ligne ! Je ne ferme aucune possibilité à l'avenir ! Cette dernière est mise de côté, le temps de trouver le bon environnement pour filmer. Mais le partage continue, et ce avec ce blog qui reprends mes anciennes lectures et qui vous permettra de découvrir les suivantes !

Des améliorations graphiques, visuelles vont venir bien sûr. Tout est en friche. Et c'est aussi un plaisir pour moi de me recréer un univers où je peux y laisser mes mots et y lire les vôtres !

Je blogue depuis des années maintenant. Je continue d'évoluer selon ma vie personnelle et je sais que vous êtes là, malgré tout. A suivre mes lectures, à vouloir connaître mes avis. Et pour cela MERCI. Car même sans cela, j'écrirais. Mais avec cela, je vis ce que j'écris bien plus intensément. Et ça compte, de vivre chaque chose intensément, vous ne croyez pas ?

 

Posté par rubbenn à 15:30 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 14 janvier 2012

La passerelle - Lorrie Moore

Quatr

A Troie, Tassie Keltjin, vingt ans, mène une vie insouciante. Entre les cours et les copains, elle est la baby sitter de Mary-Emma, une adorable métisse. Tout juste adoptée, la fillette ne passe pas inaperçue : les regards sont lourds, les injures pleuvent et ses parents la rejettent peu à peu. Bouleversée, Tassie découvre le visage sombre d'une Amérique où l'hypocrisie se mêle au racisme ordinaire.

Avis

La première partie du livre sert à présenter les différents protagonistes. Tassie est une jeune fille issue d'une famille d'agriculteurs plutôt isolés. Pour arrondir ses fins de mois, l'étudiante est retenue pour faire du baby-sitting auprès d'une petite fille métisse.
Petit à petit, un lien se crée avec la petite fille, et avec un jeune homme à la fac. Ils vont découvrir le regard des autres, les préjugés qui restent forts quand à la couleur de peau. On découvre également la relation tendre et délicate de la jeune fille avec ses parents et son frère.
Les faits se passent au début des années 2000, mais pourtant j'ai eu l'impression que l'on était parfois revenu dans les années 60.
J'ai eu des difficultés à rentrer dans l'histoire, mais le roman vaut la peine que l'on pousse plus loin et que l'on recherche l'issue de ce que raconte Tassie - le roman s'exprime à la première personne, du point de vue unique de la jeune fille.
Il souligne les failles de l'Amérique profonde, à travers le racisme mais aussi à travers sa politique ( la guerre d'Afghanistan est représentée par le frère de Tassie) et son attachement à des valeurs parfois obsolètes. On suit le parcours difficile de Tassie, ses rencontres et ses déboires.
De nombreux sujets sont mis en avant dans le roman, à travers une conversation assez particulière de la part de la narratrice. Il m'est arrivé de ne pas toujours comprendre ce à quoi elle voulait en venir...
Pas de coup de coeur, mais une jolie découverte. Un bon support pour découvrir le regard d'une jeune fille comme les autres, au sein d'une vie et d'une ville ordinaire américaine.
Cette lecture ne restera pas parmi mes favorites du moment, mais j'admire l'intelligence et la description fine avec laquelle la baby sitter observe son monde. Il y'aura un côté sombre (quelques longueurs, peu d'actions) et un côté lumineux (l'esprit de la jeune fille, les sujets explorés) qui ressortiront de ce roman particulièrement difficile à décrypter dans son ensemble.

Ce livre est une lecture commune. Retrouvez également les avis de Jostein , Petitepom et Livres-avis... 

LApasserelle

Ce livre est inclus dans le challenge suivant :

je vide ma biblio

vendredi 13 janvier 2012

Soie - Alessandro Baricco

Quatr

Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des oeufs sains. Entre les monts du Vivarais et le Japon, c'est le choc de deux mondes, une histoire d'amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables.
Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d'une voix, la sacralisation d'un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable.

Avis

Ce roman, je l'ai choisi sans trop de convictions dans ma bibliothèque. Peu de pages et un titre qui a suscité ma curiosité ont permis mon choix. Peu de pages, certes, mais une histoire sublime ! Les mots sont liés les uns aux autres pour parler de voyages, de romances, et de l'histoire d'une vie complète comme peu d'hommes ont pu la vivre. Les personnages sont frappants par leur simplicité vernie d'une sensualité et d'une délicatesse parfaites. Une part d'exotisme, de romantisme, de l'élégance et des émotions variées dans un texte fin et délié.
Chaque personnage est présenté avec simplicité mais est aussi important qu'une pièce d'un échiquier de verre. Chaque chose est à sa place, chaque sentiment est découvert au bon moment. A. Baricco a un sens de la poèsie, qu'il a su incorporer à un contexte totalement terre-à-terre tel que le commerce et la guerre, par exemple. Et enfin, une fin renversante, tendre et passionnée à la fois.
Le succès de ce livre etait évident ! J'aurais regretté passer à côté. Un classique à partager et à faire découvrir sans détour.

Un film a été inspiré de ce roman, tourné par François Girard, avec Keira Knightley. Je pense le regarder, pour voir si le cinéaste arrive à transmettre les émotions aussi bien que les mots...

Soie

Ce livre est inclus dans le challenge :

challenge Pale à zero

mardi 10 janvier 2012

Le sac à main - Marie Desplechin

sacamain

Quatrième de couv

Une jeune femme dresse l'inventaire de son sac à main. Un bâton de rouge à lèvres, un paquet de mouchoirs, un agenda, une liste de courses, un préservatif, une boîte d'allumettes... Chaque objet évoque une histoire, des visages, des voyages, des rêves enfouis ; chacun reflète la vérité intime d'une femme en quête d'elle-même.

Mon avis

La quatrième de couv. résume quasiment tout le roman. Dorothée, la femme qui dissèque son sac à main, semble un peu perdue et semble se chercher et se rappeler qui elle a été, à travers les différents objets que son sac contient.
On découvre dans le dernier quart du roman le point de vue de son mari, Lars. Mais rien de vraiment étayé.
Je m'attendais à une sorte d'étude sociologique, une vraie description de la personnalité de cette femme. Finalement, les objets liés les uns aux autres racontent une histoire, qui m'a semblée fade et triste. Ce n'était pas du tout le style d'écriture auquel je m'attendais, ce n'était pas non plus les personnages que je souhaitais rencontrer. Une certaine déception et l'espoir de lire un jour, un roman sur le même thème, mais plus dynamique et plus inquisiteur dans son regard sur ce qui suit chaque jour une femme : il est bon de se rappeler que chaque sac à main contient quasiment la maison et la vie d'une personne. Un objet indispensable autant pour sa propriètaire que parfois, pour ses proches !

J'ajouterais également, que le roman contient quelques illustrations d'Eric Lambé. Le coup de crayon est agréable à l'oeil, cependant, je n'ai pas toujours trouvé le lien entre les dessins proposés et le texte l'entourant. Les lignes sont parfois floues et les traits peu précis pour toujours bien visualiser ce qui était sensé être représenté, selon moi. Ce qui a souligné l'impression d'une histoire imprécise et sans réel but.

2sur5